Les dernières chroniques :

vendredi 1 septembre 2017

Ce jour où ma dépression m'a rattrapé


J'ai la boule au ventre, déjà. Rien qu'en sachant sur quoi je vais vous écrire, alors que je ne pensais jamais traiter de ce sujet sur mon blog, pas parce qu'il me répugne ou quoi que ce soit, rien de tout ça, mais parce que je ne pensais pas en faire parti. Oui, je viens de découvrir que j'étais dans un début de dépression à cause de mon travail, et je le vis mal, comme toute personne normale. Alors je ne suis pas là pour critiquer mon travail, car comme je l'ai dis de nombreuses fois, il a aussi des points positifs, et je sais qu'il y a pire, il y a toujours pire. Mais je suis là pour me livrer une énième fois à vous, pour me confier, évacuer ne serais-ce qu'un peu le poids qui me tire sur le coeur depuis des mois. Je ne me suis pas rendu compte tout de suite que j'étais en dépression, c'est en craquant il y a deux jours que j'ai ouvert les yeux. Je me suis voilée la face pendant des mois car je ne voulais pas l'assumer, c'était trop dur pour moi, mais il y a un moment où on arrive plus à monter cette marche quotidienne, et on craque. Je vous l'ai dis dans l'article sur ma sensibilité, que je m'étoffais un masque afin de ne pas montrer ces larmes qui voulaient sortir. Un masque de sourire, afin de croire que tout va bien, que ce n'est qu'une passe... mais à un moment, mes larmes d'étoiles veulent s'échapper, et mon corps veut me dire "stop", parce que tu veux tenir encore un peu, te dire que tu es forte, que tu y arrivera, mais arrive ce signal qui te dit d'arrêter tout, il te met une claque et tu réalise. Oui, je suis en dépression et je ne vais pas bien depuis plusieurs mois. Je suis moins agréable, j'ai du mal à sourire, je n'ai plus ma joie de vivre, je suis tout le temps fatiguée, je suis vidée. Après, cela ne m'a pas empêché de vivre, de sortir, faire ce que j'aime, heureusement d'ailleurs, car c'est ça qui m'aide à tenir. Alors j'en ai parlé, j'ai arrêté d'accumuler et de me contenir, pour me sentir mieux. J'ai pris par moi-même l'initiative d'un arrêt maladie, pour me reposer. Parce que j'en ai besoin, véritablement besoin. Malgré tout j'ai quand même cet arrière gout, de culpabiliser, car tu as l'impression de faire du tort, mais comme vous, ma jolie communauté, me l'avait dit, je vais penser à moi cette fois ci, et prendre soin de moi pendant un certain temps. 

80 commentaires:

  1. Prends le temps nécessaire pour te rétablir, une dépression arrive toujours sans crier gare, elle s'installe sans qu'on s'en rende compte et quand le mur se fissure, ça fait mal! Mais c'est déjà un gros pas que tu as fait en allant voir le docteur pour du repos, la santé est bien trop importante et personne n'est irremplaçable! repose-toi, fais des activités qui te font du bien, qui te détendent, qui t'apporte de la joie et ne pense pas au reste. Et si tu as besoin de plus de temps, fais toi prolonger, suis ton coeur et ton instinct, c'est ton plus grand guide pour remonter la pente :)
    Plein de love sur toi !

    RépondreSupprimer
  2. Prends soin de toi ! Ton texte est très touchant et je te souhaite d'aller mieux.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais vécu de dépression et ne peux donc pas me mettre à ta place, mais je suis de tout cœur avec toi tout de même! Je pense au vu des symptômes que tu décris qu'une de mes collègues vit actuellement une dépression, ça ne doit absolument pas être simple à vivre... Et j'espère que ton congé te permettra de te recentrer sur toi et de te sentir mieux! Plein de bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement ce n'est pas simple du tout... merci ♥

      Supprimer
  4. J'ai vécu ça. J'ai morflé pendant trois ans, trois ans de cercle vicieux, enfermé dans un aquoibonisme constant, sous médicaments, avec la sensation que je n'allais jamais m'en sortir, que tout serait toujours mauvais, insipide, vain. On ne se réveille pas un matin avec la sensation d'aller mieux, c'est sûr, mais prendre le temps de s'occuper de soi est déjà un pas immense.

    Tout mon soutien dans ta démarche, je te souhaite de sortir de tout ça le plus vite possible.

    RépondreSupprimer
  5. Un beau témoignage, il est parfois dur de voir la vérité en face, le fait que tu sois en dépression ne veut pas dire que tu es faible au contraire, tu as été forte de prendre les choses en main et oser en parler.
    Je n'ai pas vécu de dépression mais ma mère en a fait une, c'est un état vraiment difficile de confusions.
    Je suis de tout cœur avec toi, prends soi de toi surtout c'est le plus important ^^

    RépondreSupprimer
  6. J'espère de tout cœur que tu vas aller mieux. Profite de ton arrêt maladie pour respirer, souffler et te ressourcer... Ton travail est assez dur, physiquement et psychologiquement. Calme-toi, repose-toi si c'est nécessaire et si tu as besoin d'évacuer, fais-le.

    Que ce soit par les larmes, ou en en parlant autour de toi. Partager sa peine avec quelqu'un est toujours une bonne chose, on se sent moins seul et notre douleur devient un peu moins pénible.

    Fais aussi des activités que tu aimes faire, comme lire, regarder films et séries, bloguer, écrire aux personnes qui comptent pour toi... ce sont des petits riens qui te redonneront peu à peu le sourire :)

    Et tu n'es pas faible, bien au contraire. Ce n'est pas évident de parler d'un sujet comme celui-ci, mais tu as su te confier à ta communauté de petits Totoros et faire une pause dans ton travail. Et ça, ce n'est nullement de la faiblesse !

    C'est savoir reconnaître que l'on a besoin de s'arrêter, de reconstruire certaines choses autour de soi, pour repartir du bon pied le moment venu. Je te fais des bisous, prends soin de toi <3

    À bientôt Virginie.

    Sue-Ricette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de m'être livrée, ça m'a fait du bien, même si ça n'enlève qu'une infime partie du poids.
      Merci ♥

      Supprimer
  7. Prends soin de toi, c'est important et bon courage <3

    RépondreSupprimer
  8. Je pense beaucoup à toi. J'espère que ces jours de repos te feront du bien et te permettront de réfléchir à toi et à ta santé. Ne culpabilise pas, tu n'es pas un robot, tout le monde est susceptible de craquer à un moment donné. Ce boulot ne te convient pas, et ce n'est pas grave ! Tu as beaucoup de capacités, tu vas savoir rebondir et trouver un univers qui te plait, plein d'autres choses t'attendent. :) Prends soin de toi, je te fais des câlins et des bisous ! N'oublie jamais que nous serons toujours là. <3

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour, je lis souvent ton blog mais je n'avais jamais posté de commentaire. Celui-ci pour te dire bon courage et prends bien soin de toi, c'est important. Continue de faire ce que tu aimes et repose-toi bien.

    RépondreSupprimer
  10. Je passe par ici car ce sujet était tout particulièrement intéressant pour moi. Comme toi, j'ai eu un travail qui a été difficile, mais que je ne dénigrerai pas non plus. En plus de cela, j'ai une vie personnelle plutôt compliquée et un jour, comme tu le dis, cette marche était trop dur à monter. Comme toi, je ne montre que le bon côté. Il y a quelques temps, j'ai fait un arrêt de travail, et c'est la que le verdict est tombé... Je remercie encore ces petites choses qui m'aident au quotidien à tenir, comme mon homme et mon blog, toute cette communauté livresque. Même si la dépression est un combat, je te souhaite toute la force et le repos nécessaire pour arriver à te battre encore. Donne toi le temps de réfléchir posément à tout ça, changer de travail, ou de façon de vivre ou faire telle ou telle chose pour que ça te convienne mieux. Plein de bonnes ondes et de force pour toi, je me permets de t'envoyer un bisous aussi au passage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais réfléchir à tout ça au mieux :) merci ♥

      Supprimer
  11. Comme on dit le premier pas pour aller mieux c'est de poser des mots dessus et accepter que ça nous arrive à nous... J'espère que tu feras tous les autres pas, que ce soit seule ou accompagnée. Prends du temps et apprends à connaitre les signes.
    On t'aime. <3

    RépondreSupprimer
  12. Plein de courage à toi ! Pour en avoir fait plusieurs fois, je sais à quel point c'est difficile. En tout cas, nous sommes tous là pour toi si tu en as besoin ♥ Tu as pensé à toi en prenant ce congé mérité, et c'est bien. Je n'avais jamais le courage d'oser par peur des représailles. Profite de ces moments pour dormir, lire, t'amuser... Faire ce qu'il te plaît et ne penser à rien d'autre ! Plein de bisous à toi ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai peur des représailles également...mais j'essaye de ne pas penser à ça pour le moment.
      Merci ♥

      Supprimer
  13. Je ne sais pas ce que c'est d'être en dépression, je ne sais pas quoi dire de peur de dire quelque chose quil ne faut pas. Prends bien soin de toi et remplit tes journées de positif espérant que ça t'aide 😘

    RépondreSupprimer
  14. Comme je te l'ai dit, l'important c'est de prendre soin de toi ♥
    Et franchement, c'est hyper courageux de ta part de te prendre en main, d'oser prendre du recul pour te rendre compte que ça ne va pas bien. Je pense que c'est déjà un grand pas en avant. Et tu vas t'en sortir, ça va peut être prendre du temps, tu vas peut être devoir changer des choses dans ta vie pour te sentir mieux, mais je t'assure que ça va aller mieux ♥
    Encore une fois, si tu as besoin de parler, de tout ou de rien, hésite vraiment pas je suis là ♥
    Je t'envoie plein de bisous apaisants, et des calins douceurs ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement contente de te retrouver ma p'tite Plouf ♥♥♥ Je sais que tu es là MERCI ♥

      Supprimer
  15. Prend bien soin de toi petit Totoro, courage ♥

    RépondreSupprimer
  16. On est de tout coeur avec toi Virginie, une période compliquée mais maintenant que tu as pris vraiment conscience de ton mal être, tu vas pouvoir trouver des solutions et aller mieux de mieux <3 !!!! Je t'envoie plein de bisous, courage <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
  17. Prend soin de toi Virginie, plein de bisous ♥

    RépondreSupprimer
  18. Je compatis tellement Virginie, je sais exactement ce que tu vis car il m'est arrivé la même chose il y a quelques années. A force de fondre en larmes tous les soirs en quittant et parfois même aller me cacher dans les toilettes au boulot pour pleurer... un matin, j'avais la main sur la poignée de la porte, prête à aller travailler et mon corps m'a dit STOP, NON, n'y va plus! Je suis rentrée et j'ai appelé mon médecin pour prendre rendez vous. Depuis il m'a accompagner, j'ai trouvé un autre travail pendant mon arrêt d'un mois, je ne suis donc pas retourné travailler là où j'ai laissé tellement de larmes, à cause d'un harcèlement moral à la con ! Tout ce résumé pour te dire que tu n'es pas seule, ce que tu vis, beaucoup de gens l'ont connu malheureusement, mais n'en parle pas forcement, mais ne l'oublieront jamais. Il n'y a pas de travail "pire", chaque cas est différent, on ne vit pas tous les choses de la même manière, c'est un fait ! :) Changer de milieu, de travail, sans forcément de métier, pourrait te redonner une motivation et un intérêt pour aller au boulot le matin ! Un nouvel élan, te redonner une valeur dans ce rôle à tes yeux ! Je suis contente que tu t'en sois rendue compte et que tu aies fait la démarche de te faire aider ! Courage ma belle, j'ai foi en l'avenir pour toi ! Tu vas t'en sortir, il n'y a aucun doute là dessus. Tiens nous au courant de ton rétablissement ! Bisous virtuels plein d'amour réel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton message me touche beaucoup, vraiment ! Merci ♥

      Supprimer
  19. Oh oui, il faut prendre du temps pour toi !
    Courage, et tiens nous au courant !

    RépondreSupprimer
  20. Recoucou ! Comme dit dans mon précédent commentaire, j'ai lu ton nouvel article et je le commente :p
    Je te l'ai déjà écrit, ça fait un moment que j'oscille entre bonnes et mauvaises passes, que j'ai ce diagnostique de dépressive collé sur le front depuis quelques années (faut croire que mon détraqueur personnel commence à envisager une relation longue durée, voir même le mariage si ça continue). Alors, je ne suis pas dans cet "état" pour la même raison que toi, tout simplement parce que ça m'est arrivé plus jeune et que je n'ai pas eu l'occasion de poursuivre la construction de ma carapace mentale (bref, j'ai sécher le cours de défense contre les forces du mal quelques fois). Comme toi, j'ai eu beaucoup de mal à accepter l'idée même d'être en dépression, je ne pouvais pas être si faible...après un bon moment, j'ai compris que la faiblesse n'entre en rien dans l'équation. C'est simplement une usure qui se fait au jour le jour et à un moment la barrière cède. Même la pierre la plus dur s'effrite avec le temps, se désagrège si elle n'est pas bien protéger. De là l'importance à parvenir à invoquer son patronus. :)

    Contrairement à toi, j'ai mis des années à être capable de parler de mon détraqueur, ne fut-ce que d'y penser. J'ai fini par franchir ce cap il y a deux mois sur mon blog (j'y raconte plus en détails ce qui m'est arrivé et comment, tout doucement je vois mon patronus prendre forme).

    Je suis certaine que tu iras mieux et que dans pas si longtemps, ce sentiment sera derrière toi. Je te fais plein de bisous et t'envoie plein d'ondes positives (et du chocolat, parce qu'àprès une rencontre avec un détraqueur c'est le meilleur remède) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'irais lire ton article plus en détail. Merci infiniment pour ce beau message ♥

      Supprimer
  21. Je te comprends quand tu dis que que ton corps te dit "stop". Ça m'est arrivé une fois, de vouloir faire de nombreuses choses à la fois, mais mon corps ne suivait pas. Je ne suis pas partie ne dépression, mais j'étais vidée. Le mieux, c'est de se poser, se reposer et de faire des choses qui nous plaisent. Prends bien soin de toi ! Je te fais de gros bisous et de gros câlins (virtuels :p) ! ♥ Léane

    RépondreSupprimer
  22. J'espère sincèrement que ça va aller mieux. A un moment, le corps dit stop. Je trouve déjà super que tu te sois rendue compte que ce job ne te convenait plus et qu'il te rongeait. Tu vas pouvoir agir et ne plus te laisser dévorer par cette ambiance. On ne reste pas toujours sur le même poste toute sa vie. Changer fait du bien et, vues ton dynamisme, ta douceur et ta franchise, je ne doute pas que tu vas trouver !
    Il est temps de penser à toi, de te poser, de profiter des petites choses qui ne sont rien aux yeux des autres mais qui nous font du bien (glaces, moments en famille, sorties entre copines, livres, etc.). J'espère que tu vas arriver à remonter la pente.
    On ne se connait pas vraiment si ce n'est virtuellement, mais je t'envoie plein de bonnes ondes positives et te souhaite un bon courage. Prends soin de toi. :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lundi je fais une sortie avec une copine, ça va me faire du bien ♥
      Je pense d'abord voir si je me sens capable de reprendre. Mais je pense que changer de travail me ferait le plus grand bien aussi :)
      Merci ♥

      Supprimer
  23. Comme je te comprends...C'est jamais facile d'admettre qu'on va mal parce qu'on se sent obligé d'être parfait, toujours en forme et que sais-je. Tu as bien raison de te reposer parce que si tu ne le fais pas, et je parle d'expériences, tu vas passer ton temps à t'effondrer et d'autres choses. Si tu luttes psychologiquement, c'est le corps qui finit par lâcher et inversement.

    Soigne toi, sors et profite de tes amis et proches. Il n'y a rien de tel pour aller mieux.

    RépondreSupprimer
  24. Il y a un moment où il faut prendre soin de ça et se guérir, il est temps pour toi de le faire effectivement. Tu peux être fière de toi de l'avoir remarqué et de t'être prise en main, maintenant je te souhaite un bon rétablissement, et de trouver la bonne voie pour te sortir de ce problème. Un métier ne devrait pas nous plonger dans la dépression, c'est horrible, mais malheureusement ça arrive, la preuve.
    Je t'envoie en tout cas plein de bonnes ondes et de courage! <3

    RépondreSupprimer
  25. Je t'envoie tout mon soutien et plein de bonnes ondes en cette période difficile !

    RépondreSupprimer
  26. Prends bien soin de toi et ne culpabilise pas pour le repos que tu prends, tu en as très certainement besoin! Le plus souvent ce sont les gens qui culpabilisent qui le méritent le plus! ;)
    Profite de cette petite pause pour faire plein de choses qui te tiennent à coeur et revient en force!
    Courage <3

    RépondreSupprimer
  27. Vraiment, c'est génial que tu t'en sois rendue compte à temps, que tu ai pu en parler à un médecin, avec nous. C'est courageux et c'est chouette, tu vas - j'en suis certaine - pouvoir rebondir et aller mieux.
    C'est chouette que tu nous partages ce qui ne va pas. Les gens n'aiment pas forcément ce qui n'est pas beau, pas lisse, pas parfait, la dépression en fait partie. Je dis que justement, c'est quand ça ne va pas qu'il faut être deux fois plus présent. Merci de parler de ta dépression, ce n'est pas facile pour toi, mais c'est important de parler de ça.
    Je me souviens d'avoir très mal vécu mes années de harcèlement moral et d'avoir pas mal déprimé à cause de tout ceci. Je me suis forcée à avoir quelque chose pour voir demain. Je voulais voir le prochain Harry Potter, donc je me devais de remonter la pente. Je me suis remise à la lecture, à l'écriture, au dessin, à tout ce que j'avais laissé de côté à cause du collège.
    Je t'envoie plein de bonnes ondes, n'hésites pas à parler encore sur ton blog, ne culpabilises pas du tout. Profites à fond de ce repos ;)

    RépondreSupprimer
  28. Prends soin de soi est très important. J'ai aussi eu une mauvaise période l'année passée au boulot, je m'étais fait avoir sur mon contrat et je n'ai pas eu d'autre choix que de changer pour un poste que je ne voulais pas du tout faire. Et comme je réagis rapidement à ça, je pleurais souvent car je n'avais pas envie d'aller au boulot cause de cette situation. J'étais bien où j'étais et on m'a forcée à changer, je n'ai pas eu le choix. Au final, ça n'a duré que 3 semaines et n'en pouvant plus, j'ai démissionné et j'ai trouvé autre chose qui correspondait à mon premier poste où j'étais bien ! Il ne faut pas se culpabiliser, profite de ton repos :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pauvre, je te comprends tellement ! Tant mieux si tu as trouvé autre chose :) merci !

      Supprimer
  29. Je te souhaite bon courage et surtout prends du temps pour toi. Autant de temps qu'il le faudra!

    RépondreSupprimer
  30. Coucou Virginie :)
    Je suis là via le blog de ma copinaute Sue-Ricette avec qui j'ai quelques échanges sur la culture fort agréable depuis quelques semaines grâce à Livraddict notamment...
    Je suis là pour te dire que je connais ce fléau, qu'à une période de ma vie j'ai même voulu tout arrêter. Je suis là pour te dire qu'on s'en sort de ce tunnel, ce labyrinthe qui parait parfois sans fin et sans issue. Aujourd'hui, je vais bien je crois même si j'ai encore des moments de découragement, j'avance et j'ai envie d'avancer encore plus. Surtout ne culpabilises pas. Tu ne fais du tort à personne. C'est cette saleté qui t'es tombée dessus et qui te fait du tort à toi.
    Je suis là pour toi si tu veux parler. Je serais ravie de faire ta connaissance virtuellement bien sûr et d'échanger. Les mots, et les petits mails que l'on reçoit font partie des meilleurs remèdes pour guérir les maux de l'existence. Pense à toi, prends soin de toi, ceci est le plus important.
    Je t'embrasse fort même si on ne se connait pas encore et je te souhaite le meilleur à venir.

    RépondreSupprimer
  31. Coucou Virginie,

    Je suis dans une période difficile aussi depuis quelques mois, et je pense que le fait de mettre des mots sur ce qui ne va pas est un premier pas très encourageant. Tu es forte et je suis sûre que tu t'en sortiras, et si ça peut t'aider de nous en parler à travers ton blog n'hésite pas !
    Ou même en privé si tu veux, ce n'est pas toujours facile d'en parler ouvertement parce qu'on pense embêter les gens, mais ce n'est pas le cas ♥
    Bisous et bon courage

    RépondreSupprimer
  32. Repos et remise en question voilà tout se que tu vas devoir réfléchir, et tu n'as pas à culpabiliser, une dépression, c'est aussi une maladie, et on ne tombe pas malade par plaisir. De tout coeur avec toi, et toujours présent quand tu as besoin... Mèmeme quand tu as pas besoin aussi :D

    RépondreSupprimer
  33. Ce n'est pas facile d'accepter ce genre de chose et on se voile souvent la face... Mais je suis sûre que tu remontras la pente petit à petit et que tu vas t'en sortir. Il faut s'accrocher mais au bout d'un moment ça ira mieux. Profite à fond de tes petits plaisir et petits bonheur c'est ça la voie de la guérison. En tout cas, je suis de tout cœur avec toi ! :)

    RépondreSupprimer
  34. Il est impératif que tu prennes du temps pour toi et pour te reposer ! J'espère sincèrement que tu iras très vite mieux ❤ Courage !

    RépondreSupprimer
  35. C'est courageux de ta part d'en parler mais ne t'inquiète pas, ça finit toujours par s'estomper :) Il suffit parfois d'un rien, pour ma part ça a été un travail et des personne qui m'ont redonné confiance et goût à la vie! C'est déjà bien que tu arrive à sortir, lorsque j'étais en dépression, les plaisirs les plus simples (lecture, sortie, cinéma, ...) n'en étaient plus et c'était très compliqué à vivre, ne souhaitant que dormir pour ne plus être dans cet état ... Aujourd'hui je suis heureuse d'avoir pu m'en sortir et je revis réellement!! Donc courage!! Je suis sûr que ce n'est que du bon qui t'attend. Quand tu as touché le fond, tu ne peux que remonter <3

    RépondreSupprimer
  36. Comme je te l'ai sur Instagram, prends du temps pour toi et prends soin de toi. Le comprendre, le réaliser est déjà une très belle marche. Tu es courageuse de te livrer ainsi. Petit à petit, certaines choses se ranimeront et te feront prendre conscience que tu vas vers du mieux. Guérir d'une dépression ? Je ne sais pas mais au moins, trouver du réconfort dans des choses du quotidien, le sourire et le rire. Trouver des moments de joie, des moments de bonheur. Je te le souhaite en tout cas et te fais pleins de bisous <3

    RépondreSupprimer
  37. Ce n'est pas facile d'accepter d'avoir une dépression, je pense. Tu as bien fait de prendre un arrêt maladie pour te reposer ! Il faut que tu prennes soin de toi ❤️️

    RépondreSupprimer
  38. Coucou Virginie :)
    je voulais commenter dès que tu as publié cet article je suis désolée mais je n'aime pas le faire via mon tel portable (pas pratique) et j'ai peu ouvert mon ordinateur ces dernières semaines.

    Tout d'abord je suis désolée que tu en sois arrivée là. Comme bien trop de monde hélas. Et je voulais te dire aussi que je te trouve courageuse de parler de dépression sur ton blog car c'est déjà difficile de se l'admettre à soi-même, alors publiquement encore plus. Même si j'ai souvent parlé de choses personnelles sur le mien (par besoin, et ce même si je ne suis pas forcément lue), je n'ai jamais osé aborder ce sujet bien que j'en ai eu l'envie plusieurs fois. J'ai moi-même été au plus bas de toute ma vie pendant environ 6 mois l'an passé (j'ai même fini en larmes dans les bras de Nine et Emilie au salon de Montreuil pour te dire) bien que ça n'ait rien à voir avec le travail de mon côté. Mais à ce moment là moi non plus je n'avais pas compris que j'étais en dépression, ce n'est qu'avec le recul quand j'ai commencé à me relever un petit peu que je m'en suis rendue compte. Sauf que même après je n'ai jamais réellement osé utiliser ce mot là (sauf par messages avec très rares personnes). Parce que j'ai l'impression de pas en avoir le droit, parce que je n'ai pas été officiellement diagnostiquée, parce que j'ai peur qu'on me reproche de me victimiser ou d'extrapoler, parce que j'ai toujours été dans une famille qui considère que les dépressifs/ves sont égoïstes et faibles et responsables, et qui pense que quand on est jeunes on n'a pas d'excuse pour aller mal soi-disant.

    Cette société se base sur des clichés et juge sans chercher plus loin que le bout de son nez pour comprendre et c'est comme ça que les gens s'enfoncent encore plus. C'est comme quand ma mère prétend que si en France on est l'un des pays d'Europe avec le plus fort taux d'utilisation d'anti-dépresseurs c'est parce qu'on est un peuple qui ne se bouge pas et préfère se plaindre en se regardant le nombril et régler les choses en prenant des médicaments au lieu de positiver alors qu'il y a bien pire ailleurs, ça m'énerve, souverainement. Tout le monde n'a pas la même force mentale, ce qui (contrairement à ce qu'on laisse croire trop souvent) n'est pas qu'une question de bonne ou de mauvaise volonté, et pour moi ça montre surtout qu'il y a un réel problème si nous sommes si nombreux à souffrir autant. Je trouve d'ailleurs qu'on dénigre bien plus les soucis psychologiques que physiques, alors que pourtant l'un a des effets sur l'autre (j'ai commencé à avoir des problèmes digestifs fréquents suite à un trauma par exemple). Et le "regarde il y a pire" ça n'a jamais aidé personne à part augmenter sa culpabilité !

    RépondreSupprimer
  39. (2eme partie désolée, limite de caractères par commentaire)

    Alors au fond de moi je suis persuadée d'avoir souffert de ça même si je le cache. Je me sens mieux mais je n'irai pas jusqu'à dire que j'en suis totalement sortie car j'ai conscience d'être encore assez fragile pour retomber ; d'ailleurs j'ai eu la sensation de tanguer plusieurs fois cette année. C'est difficilement explicable, comme un sixième sens. C'est effrayant parfois. Mais peut-être que de le savoir ça me protège dans le sens où au moins j'y suis préparée et peux reconnaître les signaux d'alarme. En tout cas sans une aide professionnelle dont j'ai toujours besoin j'ai la certitude que je n'en serais pas là maintenant. Je sais que c'est une décision difficile mais parfois c'est primordial et plus on fait traîner les choses pire c'est car souvent la dépression c'est une accumulation, un trop plein, et l'implosion c'est très nocif ; et puis parler à quelqu'un de neutre qui ne vous connaît pas bizarrement ça peut avoir des effets plus bénéfiques que des personnes proches. Garde juste cette idée dans un coin de ta tête si tu vois que tu n'arrives pas à progresser toute seule. Et si jamais tu le fais un jour, protèges toi car encore trop de monde considère que "tu consultes = folle" ou que "ça sert à rien" malheureusement. Attention je ne dis pas que c'est miraculeux, ça prend beaucoup de temps et il faut aussi tomber sur quelqu'un avec qui tu te sens en sécurité, quitte à devoir changer plusieurs fois, c'est LA condition essentielle.

    Bref, ce sujet est complexe. Peut-être que je me déciderai à écrire là dessus bientôt moi aussi mais je crois que le fait que des personnes me connaissant depuis bien avant que je me crée une identité sur le web me freine un peu car je n'ai pas spécialement confiance en eux et aussi parce que ça impliquerait de traiter du trauma mentionné plus haut qui reste très difficile à gérer et que je dois garder secret face à certain(e)s pour me préserver. Donc à voir ; s'il y a moyen de pouvoir sélectionner les éventuel(le)s lecteurs/trices ce serait le mieux je pense.

    Teen Wolf m'a beaucoup aidée à me sortir de la réalité dont je ne voulais plus et à commencer à sourire de nouveau ce que je croyais infaisable. De mon côté la lecture n'a jamais été possible lorsque ça ne va pas. D'ailleurs je lis beaucoup moins depuis que j'ai fini mes études et suis sans emploi que lorsque j'étais à la fac alors que j'ai beaucoup plus de temps. Chacun ses petits réconforts ; quand on en arrive à ce stade ils ne sont plus suffisants mais si tu essaies c'est déjà une petite victoire. J'espère que tu as un entourage sain au moins car ça y joue beaucoup : j'ai plus souvent eu l'impression de décevoir que d'être encouragée dans ma famille, et je me suis rendue compte que je stressais de voir certains potes du lycée avec qui je ne me sens plus à ma place, ce qui n'est pas franchement sain donc mieux vaut s'en éloigner. Essaies d'éviter aussi de faire comme moi à te retenir de te confier quand tu en as envie par crainte d'être un poids parce qu'après c'est le cercle vicieux niveau solitude.

    Je te laisse sur ce long pavé (encore, sorry) et fais attention à toi tout en gardant espoir même s'il est parfois très difficile à entrevoir au bout du tunnel. Et parce que je ne suis pas encore au top je ne suis pas sûre de pouvoir t'aider efficacement mais si jamais tu as besoin de parler n'hésites pas quand même puisque je connais les sensations que cet état implique (même si toute personne est différente) ; et si jamais tu abordais un sujet qui m'affecte trop je te le dirai c'est tout, je suis sûre qu'Amélie ou Sae et d'autres pourront mieux te rassurer.

    Des bisous <3

    RépondreSupprimer