Les dernières chroniques :

samedi 22 avril 2017

Zoom de Youtubeur #1 : Guillaume & Kim

En ce moment je bourgeonne d'idées d'articles à tout va. Je ne sais pas si c'est le printemps qui fait ça, mais j'en suis contente ! Je me retrouve bien plus avec ce genre d'article qui diversifie un peu le blog.

Alors j'ai eu l'idée d'un article que je ferai peut-être tous les mois. Le "Zoom de Youtubeur" où je vous parlerai de youtubeurs, booktubeurs etc... Je trouve ça bien aussi de mettre en lumière des personnes que je regarde et que j'adore tout particulièrement.


Alors pour bien commencer ce nouveau rendez-vous, j'ai décidé de vous parler de mes chouchous ! Ma chaine number one, celle que je regarde tous les jours et dont je ne pourrai jamais me passer ; Guillaume & Kim ! C'est un couple de gamers juste adorable ! Je peux vous assurer que depuis que je les connais, je me sens juste mieux. Car ils me font énormément de bien au moral. J'ai la banane à chacune de leur vidéo ! Si vous saviez le nombre de fou rire que j'ai pu avoir, j'en ai même eu un aux larmes une fois, mémorable ! Un fou rire aux larmes, vous savez sans doute que c'est assez rare, mais là ! Eux ont réussi à me faire pleurer (et eux aussi en pleuraient de rire) - et j'en ris rien que d'y repenser -. 
Bref, hormis qu'ils me fassent souvent rire, ils sont toujours de bonne humeur, et nous prouvent qu'on peut grandir et garder son âme d'enfant, et qu'on a pas à en avoir honte ! Ils sont humbles, francs, terre à terre et c'est ce que j'adore chez eux ! Et puis leur chaine est vraiment complète, très diversifiée au niveau des jeux. Mais ils proposent aussi des dégustations et des ouvertures de box ! Les dégustations restent mes préférées.


Voilà ! Je crois que j'ai tout dis. Franchement je vous conseille d'y jeter un oeil, si vous aimez la pop culture, les jeux vidéos, les mangas...ils ne pourront que vous plaire ! Et puis c'est surtout de bons moments à passer, et à avoir le sourire tout le temps ! Juste merci à vous, Guillaume et Kim, parce que mes jours seraient moins lumineux si je ne vous avez pas découvert !

vendredi 21 avril 2017

Trouver son rytme de lecture

Encore un article qui me vient, comme ça, sans prévenir. C'est en lisant un post d'Audrey du Souffle des mots sur facebook et en regardant les commentaires que je vois quelqu'un qui marque (en gros) ; "Non mais, tu lis un livre par jour ou quoi ? Je sais pas comment tu fais, à part ne faire que ça 24H sur 24H."
Il faut savoir qu'on peut toujours trouver du temps pour lire si on en a l'envie. Que ce soit 5min, 20min, 1H... on peut toujours trouver un moment où on a rien d'autre à faire pour lire. Oui ça m'est déjà arrivé de lire deux livres en deux voir un jour. Tout dépend de la taille du roman, ou de l'addiction qu'on a part rapport à lui, même si c'est un bouquin de 400 pages. Mais comme ça m'est aussi arrivé de ne lire qu'un livre en 10 jours, ou juste 3 en un mois (ce qui m'arrive en ce moment). Mais comme tout le monde, j'ai un travail qui me prend du temps, mais même avec un boulot, oui j'arrive à trouver le temps de lire. Si je travaille le matin, je lis un peu avant, si je travaille l'après midi, j'ai toute la matinée pour lire si je n'ai rien à faire. Sinon pour moi c'est aussi souvent le soir, après avoir mangé et prit ma douche. Je peux lire jusqu'à 22H-23H sans problème. Parce qu'il y a la volonté, tout simplement.
Alors j'avoue que c'est un article un peu brouillon, mais j'ai aussi envie de rajouter que chacun fait ce qu'il a envie. Si quelq'un souhaite lire 15 livres tous les mois, qu'il le fasse. Mais qu'on arrête de dire que ce n'est pas parce qu'on lit beaucoup qu'on a pas de vie !

Et vous, comment trouvez vous le temps de lire ? 

jeudi 20 avril 2017

Throwback Thursday #28 : Noir et sans espoir versus Lumière et plein d’espoir

 
On est jeudi, ce qui veut dire le jour du rendez-vous de Bettie rose ! L'idée est simple ; un souvenir = un livre. C'est à dire que chaque jeudi elle présentera un thème spécifique et on devra parler d'un livre qui nous fera penser à ce thème.
 
Thème de la semaine :
 


Contente de reprendre ce petit rendez-vous que j'adore ! Un mois que je n'y avais pas participé, mais c'était souvent par manque de temps ou les thèmes qui ne m'inspiraient pas.
Comme Bettie, j'ai décidé de tricher un peu et de vous parler de deux romans !
 
Noir et sans espoir :
 
Elle est belle, attirante, disponible. Il n'a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre. A présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement. Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n'est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince...
 
Il faut savoir que les thrillers ne sont pas ma tasse de thé. Mais je me rappelle avoir eu une grosse envie d'en lire un l'année dernière et je me suis tournée vers Karine Giebel. J'en entendais tellement de bien de part Margaud qu'il fallait absolument que je la découvre. Et bien je n'ai pas été déçue ! Il fallait à tout prix que je le dévore dans la journée tant il est oppressant et que j'avais envie de savoir la fin. La plume de l'auteur est vive, piquante et brute. Elle sait si prendre pour garder le suspens et maintenir son lecteur en haleine. Par contre, mieux vaut vous prévenir qu'il ne faut pas s'attacher aux personnages avec elle...
 
Lumière et plein d'espoir :
 
Après la mort tragique de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie, et reprend une maison d’hôtes à Cedar Cove, la Villa Rose. Un roman feel-good sur les destinées féminines et les nouveaux départs, à lire bien douillettement sous sa couette, avec des personnages qu’on rêverait d’avoir comme amis, dans une ville où l’on aimerait vivre, et une intrigue délicieusement captivante.
 
L'ambiance du roman m'a tout de suite charmé. Ce livre regorge d'une atmosphère douce, délicate et pleine de réconfort. C'est un vrai livre doudou, apaisant où on s'y sent bien. L'histoire est une bouffée d'optimisme, Cedar Cove est le genre de petit village où tout le monde est gentil et où l'entraide est omniprésente. Cela fait du bien de se retrouver dans ce genre de récit où il n'y a pas une once de malveillance.
Ce livre est un morceau d'évasion, le temps d'un week-end. Une histoire tendre à l'ambiance réconfortante avec des personnages bienveillants. Je ne peux que vous le conseiller, il permettra de vous sentir dans un cocon. A dévorer comme un bon chocolat chaud !   

mardi 18 avril 2017

La bibliothèque des citrons

Auteur : Jo Cotterill
Édition : Fleurus
Parution : 2017
Pages : 360

À dix ans, Calypso n'a pas d'ami et trouve refuge dans les livres de sa bibliothèque, qu'elle dévore. Sa solitude prend fin le jour où arrive dans sa classe une nouvelle, Mae, qui bouscule ses habitudes de lectrice solitaire et lui ouvre les horizons insoupçonnés de l'amitié. Cette amitié tombe à pic, car à la maison les choses tournent de moins en moins rond. Le père de Calypso, veuf depuis cinq ans, vit muré dans son travail et son silence. Il s'est attelé à l'écriture d'une histoire encyclopédique du citron. Par une froide soirée d'automne, ces maudits agrumes vont brusquement déverser sur la vie de Calypso une amertume parfaitement inattendue... Il faudra toute l'amitié de Mae et la générosité de sa famille pour que cette découverte acide devienne le point de départ d'un chemin de guérison où l'amour, enfin, pourra ressurgir !

 
Une sortie qui m'impatientait énormément, j'en entendais tellement de bons échos par Lemon June ou Pikobooks que je ne pouvais pas passer à côté. Ce bouquin nous fait une promesse de part sa couverture pétillante et lumineuse. Je m'attendais à une lecture légère, mais finalement sa carapace dévoile plus de profondeur.

On est loin d'être dans un récit très joyeux, je préfère vous prévenir. Quelques thèmes assez poignants sont abordés comme le deuil ou encore la dépression. L'ambiance est loin d'être lourde hein, c'est traité d'une manière très juste avec beaucoup de simplicité, mais je ressentais comme un poids qui me pesait tout au long du roman, certainement par le vécu de Calypso, qui a vraiment du courage.
Heureusement, des moments plus doux et légers sont présents, notamment grâce à Mae, la nouvelle amie de Calypso. J'ai tellement aimé leur duo, elles sont autant différentes qu'elles se complètent. Leur amitié est touchante et j'ai aimé la sincérité qui s'en dégage. Elles sont toutes deux attachantes, et Mae va apprendre à Calypso à s'ouvrir petit à petit.

Un roman teinté de tristesse mais qui garde toujours sa lueur d'optimisme et d'espoir. C'est aussi une jolie ode aux livres, à ce qu'ils nous apportent. Un mélange doux amère, qui peut vous faire du bien au moral car même si il fera tordre votre petit coeur d'émotion, il saura aussi vous faire sourire d'autant plus  qu'il n'en reste pas moins lumineux que la promesse de sa couverture. A vous d'y déceler sa lumière. 
 

dimanche 16 avril 2017

Le temps d'un dimanche #1


Coucou mes Totoro ! Deux articles en un jour...c'est peut-être trop ? Mais on s'en fiche en fait hein, on est là pour se faire plaisir. Sans prise de tête, sans pression. Le blog est notre cocon à nous, il ne faut pas l'oublier. J'ai mille idées d'articles en ce moment, et celui là me trottait dans la tête depuis une petite semaine. Faire un article le dimanche, vous parler un peu de tout, de ma semaine, de mes lectures. Un article un peu doudou comme j'aime bien les appeler. Le cozy il n'y a rien de mieux. 

Cette semaine était très fatigante, quelques contrariétés, et de mauvaises nuits, alors avoir un week end complet je vous dis pas le bonheur. N'ayant que le dimanche pour jour de repos, ça fait un bien fou. J'en ai profité pour aller au Manga'zur à Toulon ce matin, le tour était vite fait malheureusement. Ce festival commence à devenir bien trop commercial, et je préfère largement la Japan expo sud à Marseille sans aucun doute. J'ai quand même fais quelques petits achats, une peluche toute douce, la figurine de Sakura que je recherchais et qui m'était passé sous le nez à la J.E! un manga et des cartes d'une illustratrice. Pas grand chose mais tout de même très contente!

La peluche n'est pas trop adorable ?

Ensuite j'ai fais pas mal de tri aujourd'hui et dans la semaine. Je suis dans une période où j'ai besoin de me vider la tête. Je prépare un article à ce sujet d'ailleurs, j'espère que ça vous intéresse !

Niveau lecture, je reprends tout doucement. Je suis en plein dans La bibliothèque des citrons et j'aime beaucoup. Peut-être pas un coup de coeur mais c'est une lecture douce, pleine d'émotion et très tendre, bien qu'on échappe pas à des sujets douloureux.
J'ai lu Chaussette ce matin (ma chronique ici). Dans mon nuage de p'tit dej, j'étais bien. Un moment de poésie et d'une jolie délicatesse. Coup de coeur absolu!
Et puis j'ai eu ma semaine manga. Père & Fils, Takane & Hana, Let's get married... ils m'ont fait du bien. J'aime tellement les mangas, les animés. Ca me suit depuis toute petite, mon premier étant Card Captor Sakura. J'ai une tel affection envers Sakura, ce manga/anime m'a tellement apporté, et il me suivra longtemps, encore et encore.
Et comme tous les jours je passe un plaisir fou à regarder mes chouchou Guillaume & Kim. Ils sont mon anti-dépresseur. Il me font un bien fou au moral c'est juste dingue, je suis trop heureuse de les avoir trouver !

Avez vous passé une belle semaine ? J'espère que ce week-end prolongé vous comble également et que vous vous êtes régalé en chocolat et toutes autres douceurs. Mardi on recommence, mais les beaux jours sont là, et pour moi bientôt les vacances, un peu moins de deux mois, ça approche, ça approche. Vivement Annecy, Margaud et Fribourg ! Je vous embrasse bien fort.

Chaussette

Auteur : Loïc Clément et Anne Montel
Édition : Delcourt
Parution : 2017
Pages : 32

Chaussette et son chien Dagobert sont inséparables. Merlin, leur petit voisin, les connaît bien et les observe arpenter chaque jour la petite ville suivant un parcours bien établi. Pourtant, ce matin-là, quelque chose ne tourne pas rond. Chaussette est seule et se comporte étrangement. Pour tirer cette histoire au clair, Merlin va la suivre discrètement...

 
Il faut savoir que je suis amoureuse du duo d'auteur de Loïc Clément et d'Anne Montel. Les jours sucrés, Le temps des mitaines...que des coups de coeur et des petits trésors de merveilles. Alors quand Loïc m'a proposé de recevoir leur dernière parution, prévue pour le 19 avril, en avant première ; je n'étais que joie ! Vous auriez vu ma bonne humeur quand je l'ai reçu, une vraie gamine. Juste trop heureuse quoi ! Je l'ai du coup dévoré ce matin, comme une brioche savoreuse au temps du p'tit dej. Et que vous dire ? Vous l'avez deviné ? C'est un coup de coeur bien entendu !


Le seul petit reproche que je peux faire c'est que c'est bien trop court et qu'on en redemande encore dès la dernière page tournée. C'est 32 pages de cocon, de nostalgie, de poésie, de douceur, d'enchantement. Ce couple m'a encore émerveillé ! Il sait comment nous plonger dans une bulle de couleurs, comme si le temps s'arrêtait, qu'il n'y avait que nous et l'oeuvre.   
Je suis complètement tombée sous le charme de Chaussette, ce personnage atypique, qui se plait dans sa routine. Il n'y a aucun mal à ça, bien entendu ! On a tous une routine qui nous plait, nous fait du bien.

Les dessins sont encore une fois incroyables. Je reste bluffée du talent d'Anne. Un trait qui fourmille de détails, on a qu'une envie, s'arrêter sur chaque planche pour ne rien rater. C'est plein de couleurs, de clins d'oeil, mais surtout, c'est rempli de vie. Le dessin est vivant. On a cette impression de tout voir bouger, les gens qui marchent, les feuilles qui tombent, le temps qui change, Dagobert qui court...c'est juste magique !


Pour finir j'ai eu évidemment les larmes aux yeux à la fin, il m'en faut peu pour me toucher. Ce n'est que quelques pages, mais des fois il suffit de peu pour émouvoir, pas besoin de fioritures. C'est simple, c'est beau et touchant avec de jolies nuances. La vie, tel un arc-en-ciel

Je remercie encore une fois Loïc Clément, 
Anne Montel et Delcourt pour leur envoi !

vendredi 14 avril 2017

Let's get married



Mangaka : Izumi Miyazono
Édition : Kazé
Parution : 2016
Genre : Shojo 

Retrouvez plus d'informations ici 

Asuka Takanashi est une jeune employée de banque de 24 ans, vive et travailleuse qui rêve de se marier et de devenir mère au foyer. Toutefois, derrière ce “cliché” se cache un touchant désir de recréer le même havre de paix de son enfance et de construire un foyer pour sa famille. Mais ce rêve s’écroule lorsque son petit ami rompt avec elle. Elle trouve alors réconfort en la personne de Ryû Nanami, beau présentateur de la chaîne PTV, fraîchement revenu des États-Unis, qui lui remonte le moral et l’encourage dans sa recherche d’un mari. Seulement, Asuka va peu à peu être attirée par lui malgré leur évidente incompatibilité : Ryû Nanami sort d’une relation adultère avec une actrice, enchaîne les aventures sans lendemain et est absolument contre le mariage !

 
Je connaissais ce manga de nom, mais il ne m'avait jamais intéressé, que ce soit par les dessins ou l'histoire. Mais Anita de l'édition Kazé a eu la gentillesse de me le proposer dans son coffret des trois premiers tomes, et vu que j'étais curieuse de le découvrir malgré tout, je me suis dis pourquoi pas ! Alors je remercie encore une fois Kazé pour sa confiance et ses envoies qui sont pleins de pep's !

Ce que j'en retiens pour l'instant de ce titre, c'est que je passe un bon moment à chaque tome. Ce n'est pas non plus transcendant et ça ne révolutionne pas le genre, mais c'est frais et divertissant. Et c'est à peu près tout ce que j'attends d'un manga ! Pour moi, les mangas sont souvent synonyme de bonne humeur, et Let's get married n'en manque pas.
On est dans un shojo un peu plus mature, avec des personnages réfléchis et adultes. Je dois dire que ça me change un peu, mon péché mignon reste les shojos avec des lycéens (même si je suis plus vieille, j'adore ça!). Mais Let's get married apporte un peu plus d'approfondissement. J'ai directement accroché dès le premier tome, même si le sujet du mariage ne m'intéresse pas vraiment, et qu'il est un peu trop présent à mon gout, mais bon ! J'ai trouvé que le couple se mettait un peu trop vite ensemble aussi, j'aurai préféré qu'ils prennent un peu plus leur temps, dommage. En ce qui concerne les personnages, ils sont assez attachants, surtout le duo principal. J'ai une affection particulière pour Asuka, qui a ses convictions, ses choix, mais a aussi ses faiblesses, elle émet des doutes quant à son avenir qu'elle avait tout tracé. Le mangaka nous démontre bien aussi que le mariage ne veut pas dire bonheur. Et qu'on peut être heureux sans se marier.

Pour les dessins, ils ont un style plutôt particulier qui ne m'attire pas trop, et je trouve que les personnages masculins se ressemblent presque tous, c'est assez déstabilisant car on ne sait plus qui est qui après.

En tout cas je reste agréablement surprise de ce shojo, qui ne m'attirait pas des masses au premier coup d'oeil. Comme quoi, il faut savoir gratter derrière la carapace des fois !